Urgence

 

Lors de catastrophes ou d’évènements exceptionnels, la Croix-Rouge française, auxiliaire des Pouvoirs Publics, est présente avec tous les bénévoles auprès de la population sinistrée ou impliquée.

Centre d’Accueil des Impliqués (CAI)

Centre d’Hébergement d’Urgence (CHU)

Accueil

Soutien

Apport matériel


 

1. Le Centre d’Hébergement d’Urgence (CHU).

Dans de nombreuses situations catastrophiques, les sinistrés n’ont plus accès à leurs habitations : logements incendiés, phénomènes climatiques (inondations, glissement de terrain, intempéries, tornades, coupure du réseau électrique…), routes bloquées,… Le C.H.U. a pour mission de proposer à ces bénéficiaires une structure d’hébergement provisoire en leurs apportant l’ensemble des services dont ils pourraient avoir besoin : lits, sanitaires, nourriture, soutien psychologique, premiers soins, animations, etc. Selon le cas, ces structures d’hébergement d’urgence seront installées pour une courte durée (une nuit) ou pour une longue durée (plusieurs nuits). Dans la mesure du possible, les familles sont regroupées dans des cellules familiales pour respecter leur intimité.

2. Le Centre d’Accueil des Impliqués (CAI).

Solution intermédiaire, le C.A.I. permet d’accueillir les sinistrés pour une durée plus courte et sans nécessité d’hébergement.

Le Centre d’Accueil des Impliqués a pour mission de recenser les impliqués, d’identifier leur besoin, de les réconforter en apportant boissons chaudes, soutien psychologique, conseils sanitaires. Une fois les impliqués accueillis, le C.A.I. les orientera vers des

structures adaptées. Par exemple, vers un centre d’hébergement en cas de prolongation de la catastrophe.

3. Les opérations « Coup de Main, Coup de Cœur ».

Une fois le danger écarté, il est nécessaire d’effacer les traces de la catastrophe pour permettre aux sinistrés de réintégrer leurs habitations au plus vite. Ces opérations visent 3 objectifs principaux :

  • Aide au nettoyage de maisons encore habitées (habitation principale) et en priorité auprès : des personnes âgées ; des personnes seules ; des personnes « démoralisées ».
  • Retour des sinistrés dans leur habitat et ne pas fixer les sinistrés dans les centres d’hébergement d’urgence.
  • Aide à la réhabilitation des lieux publics qui sont indispensables à la vie de la communauté (écoles, mairies, lieux de culte …).

En plus de l’aspect matériel, le soutien psychologique auprès des sinistrés est indissociable de ces actions. Les personnes sont éprouvées par ce qu’elles ont vécu.

Les opérations sont complémentaires des actions de l’état dans la mesure où les services publics (sapeurs pompiers, sécurité civile, DIR) seront plus à même de traiter le gros œuvre (rues, routes, infrastructures routières…).

4. L’évaluation en rupture totale d’habitat.

Lors des catastrophes, les habitations des sinistrés sont souvent très touchées. La population se retrouve alors démunie, perdant non seulement leur habitation mais également leurs affaires personnelles et souvent bon nombre de leurs souvenirs.

Par contre d’une habitation à l’autre, les dégâts peuvent être très différents en fonction du type d’habitation et/ou du lieu d’implantation.

Il faut donc réaliser une évaluation en rencontrant les sinistrés individuellement sur le lieu même de l’habitation.

Ces évaluations sont réalisées pour l’association et/ou pour les Pouvoirs Publics afin d’affiner l’étendue de la catastrophe et de déterminer les besoins de la Population. Pour les Pouvoirs Publics, elles sont un complément du travail des partenaires sociaux.

5. La distribution d’aide.

Lorsque la population est bloquée sur le réseau routier, dans les gares,… du fait de mouvements sociaux ou d’intempéries, la Croix-Rouge française peut apporter des repas, de l’eau, des boissons chaudes, là où la population est immobilisée temporairement. Au-delà des ces apports, c’est aussi une présence, une écoute et un réconfort apportés à ces personnes.

6. La collecte financière et les dons en nature.

Association reconnue d’utilité publique, la Croix-Rouge française est habilitée à récolter et à gérer les dons financiers et les dons en nature des entreprises. Ces dons sont entièrement reversés à la population soit sous forme d’apports financiers ou matériels soit sous forme d’actions auprès des sinistrés.

Par souci de transparence, la Croix-Rouge française est agréée par le Comité de la Charte.

7. L’engagement sur la durée (la post-urgence).

Ces actions permettent d’accompagner et de soutenir les sinistrés jusqu’à ce qu’ils retrouvent une vie normale. S’appuyant sur son réseau de délégations locales, la Croix-Rouge française continue à apporter son soutien auprès de la population durant des semaines, des mois et même des années après la catastrophe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>